Montre Omega : Un symbole de perfection

Dans l’univers de l’horlogerie, les montres Omega sont considérées comme de véritables légendes. Synonyme de fiabilité et de précision à toute épreuve, la célèbre manufacture suisse entretient une longue tradition de recherche de perfection.

Le parcours spectaculaire de la marque

En 1894, Louis Brandt, un horloger suisse – assisté de ses fils César et Louis-Paul – met au point un nouveau calibre (19) de montre qu’il baptise Omega. Dans les années suivantes, celui-ci connaît un succès international à un point tel que sa manufacture de La Chaux-de-Fonds devient la plus importante de Suisse, avec 600 horlogers qui produisent 100 000 mouvements par année. La réputation de ce calibre s’établit rapidement grâce à sa robustesse, sa précision supérieure et la simplicité de son entretien. Cinq ans plus tard, la manufacture s’installe à Bienne. En 1900, la société se voit décerner le premier prix de l’Exposition Universelle de Paris. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient l’un des fournisseurs majeurs de l’armée de l’air britannique (Royal Flying Corps) et, en 1969, en tant que marque officielle de la NASA, elle accompagne l’astronaute américain Buzz Aldrin lors de ses premiers pas sur la lune ; il s’agit de la fameuse Speedmaster Moonwatch, qui fait encore partie de toutes les missions aéronautiques habitées organisées par la NASA. Dans sa lancée, la manufacture horlogère conclut des partenariats productifs avec des entreprises réputées (Tissot, Lemania…).

Une marque privilégiée chez les stars

Sa passion pour la précision et l’innovation a permis à cette entreprise suisse de devenir le leader mondial du chronométrage sportif, plus spécialement lors des jeux olympiques d’été et d’hiver. C’est une marque de montre privilégiée par plusieurs vedettes du golf (Greg Norman, Sergio Garcia, Michelle Wie) et des sports d’athlétisme, de natation, de plongée sous-marine et de voile. Le commandant Cousteau l’a recommandée pour son efficacité optimale en eau profonde. C’est aussi la montre de prédilection de l’agent secret 007, dans son rôle joué par l’acteur Daniel Craig. En 1961, un modèle en or blanc serti de 44 diamants a été offert en cadeau à Elvis Presley par son producteur pour honorer sa carrière d’artiste. John F. Kennedy a porté cette montre le jour de son investiture à la Maison-Blanche. L’explorateur Reinhold Messner (qui a grimpé l’Everest en solo et sans supplément d’oxygène) ne se serait jamais départi de sa montre. Un grand nombre d’autres personnalités célèbres de la scène mondiale ont été ou sont propriétaires d’une de ces montres iconiques : le Prince William, Mao Zedong, Gorbatchev, Michael Phelps, Nicole Kidman, Cindy Crawford, Anna Kournikova, Michael Schumacher, Gianni Agnelli, George Clooney, Harrison Ford, Tom Hanks. Le Musée de la marque, ouvert depuis 1984 à Bienne, permet aux visiteurs d’admirer les modèles qui ont marqué son histoire fascinante de ses débuts jusqu’à aujourd’hui.

Quatre familles de montres emblématiques

La manufacture horlogère suisse regroupe ses montres de luxe en quatre grandes collections : Constellation, Speedmaster, Seamaster et De Ville. La Constellation a été conçue pour la femme qui recherche une montre sophistiquée au charme classique. La Speedmaster demeure une véritable légende parmi les montres chronographes sportives-chic. La Seamaster, étanche et peu vulnérable aux changements de température, est d’une fiabilité remarquable pour les sports nautiques notamment la plongée sous-marine. La De Ville, une montre luxueuse aux lignes élégantes et racées, peut être portée tant par une femme que par un homme ; elle comporte des innovations technologiques avant-gardistes intéressantes. En plus des modèles vintages qui sont revisités, on peut s’attendre à découvrir dans ces collections de nouveaux designs, matériaux et diamètres exclusifs.

À la poursuite de la perfection à tous les niveaux

Les spécialistes de la montre omega ne cessent de rivaliser de créativité et d’ingéniosité pour concevoir des montres à la fois raffinées, robustes, esthétiques et d’une précision qui vise la perfection. Pour ses boîtiers, elle utilise du titane, de l’acier, de l’or ou du platine. Ces bracelets se déclinent en différents matériaux tels que cuir, or, acier, textile, caoutchouc… Au niveau des fonctionnalités intégrées à ses montres, l’entreprise mise sur des valeurs sûres comme l’affichage de la date, le calendrier annuel, le chronographe, le chronomètre… Dans les années ’70, elle fut l’une des premières sociétés à mettre en vente sur le marché de l’horlogerie des montres électroniques. Dix ans plus tard, elle dévoile les modèles Dinosaur (1355) et La Magique (1356), deux pièces en or classées parmi les plus minces du monde (1,48 mm) ; un mouvement à quartz est intégré délicatement au verso du boitier pour permettre cette exécution esthétique d’une grande audace. En 1984, l’entreprise suisse n’hésite pas à peaufiner ses finitions, à concevoir des fonds transparents et à intégrer des complications horlogères comme le calendrier perpétuel. Elle innove en développant de nouveaux matériaux (Ceragold, céramique grise, or Sedna) pour ses boitiers et les mouvements (alliage non ferromagnétique Nevagauss, spirale en silicium…). Pionnière exceptionnelle, cette manufacture mettra au point le fameux mécanisme Co-Axial, une innovation exclusive qui révolutionnera le domaine de l’horlogerie. Cette technologie se retrouve aujourd’hui dans la plupart des montres de la marque. Depuis 2012, elle utilise un dispositif nommé Quantum Timer pour atteindre une précision d’un millionième de seconde (un record jamais atteint dans les sports).

Beaucoup plus qu’un simple accessoire vestimentaire, porter l’une de ces montres de prestige symbolise l’appréciation d’une précision et d’une finition supérieures, la recherche de l’accomplissement et de l’excellence. Chaque détenteur a la possibilité d’accéder à des extraits d’archives de sa montre à partir du site internet de la marque. La société garde une trace des caractéristiques de chaque modèle sorti de ses ateliers.